L'Agence Régionale de Santé nous informe que depuis la mi-mai, des phénomènes d’eaux colorées sont observés dans les eaux côtières au large des estuaires de la Loire et de la Vilaine.

Ces eaux colorées, dont les teintes varient du rouge au marron, sont dues à la prolifération massive de l’espèce Lingulodinium polyedra, déjà responsable de proliférations comparables en août et septembre 2021.

La prolifération de cette espèce ne présente pas de risque sanitaire pour la baignade et les activités aquatiques mais peut les rendre moins agréables. Comme dans le cas d’autres proliférations algales, des irritations cutanées et démangeaisons peuvent toutefois être ressenties par certains baigneurs, selon leur sensibilité individuelle. La douche après la baignade est donc recommandée.

En revanche, comme d’autres espèces de microalgues régulièrement repérées sur le littoral, Lingulodinium polyedra est capable de produire des toxines pouvant s’accumuler dans la chair des coquillages et donc présenter un risque pour les consommateurs. Des analyses de toxines sont réalisées régulièrement dans le cadre du réseau de surveillance REPHYTOX opéré par les services de l’Etat et l’Ifremer. Pour le moment et comme en 2021, les résultats des analyses sont tous inférieurs au seuil réglementaire.

Les pêcheurs à pied sont toutefois invités à se tenir régulièrement informés de l’évolution de la situation sanitaire, notamment sur le site Internet https://www.pecheapied-responsable.fr.

Enfin, il faut noter que la décomposition des algues marines en fin d’épisode de prolifération peut occasionner des phénomènes d’anoxies (baisse de la teneur en oxygène dissous dans l’eau) pouvant être préjudiciable à la vie marine, notamment les coquillages et les petits crustacés et poissons. De ce point de vue, la recommandation sanitaire élémentaire est de ne pas consommer les individus morts.   

Mieux connaître les phénomènes d'eaux colorées